italiano english française español español

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
accueil
à propos de nous
ce que nous offrons
pourquoi nous prions
Évangile et vie

 






L’Évangile au petit déjeuner
Pensées matinales des membres de la famille Castaldi (Saronno, Italie), réunis pour prier et grandir ensemble.
Réflexions offertes à tous visant à encourager la prière dans les familles chrétiennes du monde. 
La version française a été éditée par Francesca Adragna-Castelli et elle a été coordonnée par Gabriele Bottai

088 - Grandeur et médiocrité

03-Mar-2018 - II semaine de Carême - Samedi
Parole de Dieu
Jésus dit encore : « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : 'Père, donne-moi la part d'héritage qui me revient.' …. Peu de jours après, le plus jeune …. partit pour un pays lointain où il gaspilla sa fortune en menant une vie de désordre. Alors il réfléchit : 'Tant d'ouvriers chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je vais retourner chez mon père …. Comme il était encore loin, son père l'aperçut et fut saisi de pitié ; il courut se jeter à son cou …. Le fils lui dit : 'Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d'être appelé ton fils...'Mais le père dit à ses domestiques : 'Vite, apportez le plus beau vêtement pour l'habiller …. Allez chercher le veau gras, tuez-le ; mangeons et festoyons …. Et ils commencèrent la fête. Le fils aîné était aux champs. A son retour .... se mit en colère, et il refusait d'entrer. Son père, qui était sorti, le suppliait. Mais il répliqua : …. jamais tu ne m'as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. Mais, quand ton fils que voilà est arrivé …. tu as fait tuer pour lui le veau gras !'Le père répondit : 'Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait bien festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé ! » Lc 15,11-13.17-32
Pensées
Dans cette parabole, deux personnages rivalisent entre eux en grandeur : le père et le fils prodigue. Le premier nous montre ce qu’est la miséricorde, le deuxième ce qu’est le repentir. Nous nous heurtons aussi à la mesquinerie du fils aîné, qui fait partie de ces braves gens qui dans leur vie ne commettent pas d’erreurs. Non pas en raison de leur bonté mais en raison de leur médiocrité. Souvent ce sont ces personnes irréprochables qui sont le vrai obstacle à la miséricorde et au repentir, à savoir les sentiments fondamentaux dans la famille, dans l’Église et dans la société. Malheureusement, la miséricorde et la mesquinerie ne se trouvent pas chez des personnes différentes mais elles se sont réunies dans chacun de nous car nous sommes tous pétri avec de la grandeur et de la médiocrité. Donne-nous Seigneur la capacité de réfléchir sur cette réalité qui est la nôtre. Et donne-nous de grandir dans la miséricorde en laissant le jugement à celui qui distribue les talents et qui connaît tout de tous vu que même nos cheveux sont tous comptés !


 

Anna Maria Rossi e Pierluigi Castaldi
via Gaudenzio Ferrari, 29 - 21047 Saronno (VA) ITALY