italiano english française español español

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
accueil
à propos de nous
ce que nous offrons
pourquoi nous prions
Évangile et vie

 






L’Évangile au petit déjeuner
Pensées matinales des membres de la famille Castaldi (Saronno, Italie), réunis pour prier et grandir ensemble.
Réflexions offertes à tous visant à encourager la prière dans les familles chrétiennes du monde. 
La version française a été éditée par Francesca Adragna-Castelli et elle a été coordonnée par Gabriele Bottai

625 - L’Épiphanie

06-Jan-2018 - Solennité de l’Épiphanie
Parole de Dieu            
Or, voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »….Ils lui répondirent : « A Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète …. Sur ces paroles du roi, ils partirent. Et voilà que l'étoile qu'ils avaient vue se lever les précédait ; elle vint s'arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l'enfant. Quand ils virent l'étoile, ils éprouvèrent une très grande joie. En entrant dans la maison, ils virent l'enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l'or, de l'encens et de la myrrhe. Mais ensuite, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. Mt 2,1-12
Pensées             
« Épiphanie » est un mot d’origine grecque qui signifie manifestation, révélation. En effet, cette fête célèbre une grande révélation, deuxième seulement à la révélation de Jésus, Fils de Dieu et Dieu lui-même : et ceci vise tout le monde. Il s’est laissé contempler par des pauvres bergers s’étant rendus à la grotte de Bethléem ; il s’est laissé adorer par des Mages, riches et sages ; il s’est manifesté aux juifs qui l’attendaient depuis l’appel d’Abraham, et aux païens qui n’ont pas été les destinataires de la nouvelle. Il continuera à se manifester en tant que Dieu aux esclaves et aux seigneurs, aux blancs et aux noirs. Bien que cette grande vérité ait été révélée mystérieusement par cette étoile qui a guidé les Mages jusqu’à la grotte de Bethléem, le Saint Esprit, l’a manifestée à nouveau à Pierre, à Paul et aux autres apôtres, aux débuts de l’Église. Jésus Christ est le Dieu des juifs, des arabes, des indiens, des chinois et des tribus africaines, même si plusieurs ne le savent pas encore ou n’y croient pas : mais l’Église a justement été fondée pour annoncer, aux quatre coins du monde, cette vérité stupéfiante. Les rencontres oecuméniques sont une occasion excellente pour porter l’annonce de l’évangile aux autres religions ; il ne suffit point de chercher des vérités communes pouvant servir de base à une entente possible, comme si l’on cherchait une super-religion que tous peuvent partager : tel est le cas pour d’aucuns aujourd’hui.
La seule chose qu’il faut bien garder à l’esprit c’est qu’il faut annoncer aux juifs, aux arabes, aux indiens et aux chinois la bonne nouvelle que Jésus Christ est mort et ressuscité pour eux aussi, comme Paul a d’ailleurs fait à l’Aréopage d’Athènes. Peu importe si seulement un petit nombre de gens y ont cru, mieux vaut une poignée d’homme bien convaincus qu’une masse de tièdes. Si, en arrivant à Bethléem, les Mages rencontraient les bergers, ils seraient sortis de la grotte ensemble en louant Dieu ; en effet, lorsqu’on a rencontré le Seigneur, l’origine, la classe sociale et le passé ne comptent plus et on est frères dans le Christ, un point c’est tout. Il est, toutefois, significatif de voir que les Mages reçoivent les renseignements nécessaires pour arriver à Bethléem. Peu importe si les personnes qui leur ont fourni les renseignements ne se sont pas rendues elles-mêmes à Bethléem – être renseigné ne veut pas forcément dire croire –. Les renseignements se trouvaient bien pourtant à Jérusalem. Depuis lors, la nouvelle Jérusalem est l’Église qui garde soigneusement les renseignements nécessaires pour arriver à Jésus Christ ; car Lui, il habite là.


 

Anna Maria Rossi e Pierluigi Castaldi
via Gaudenzio Ferrari, 29 - 21047 Saronno (VA) ITALY