italiano english française español español

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
accueil
à propos de nous
ce que nous offrons
pourquoi nous prions
Évangile et vie

 






L’Évangile au petit déjeuner
Pensées matinales des membres de la famille Castaldi (Saronno, Italie), réunis pour prier et grandir ensemble.
Réflexions offertes à tous visant à encourager la prière dans les familles chrétiennes du monde. 
La version française a été éditée par Francesca Adragna-Castelli et elle a été coordonnée par Gabriele Bottai

129 - La mission est ici

07-Apr-2018 - Octave de Pâques – Samedi
Parole de Dieu
Ressuscité .... Jésus apparut d'abord à Marie Madeleine .... Après cela, il se manifesta sous un aspect inhabituel à deux d'entre eux [le disciples d’Emmaus ] ... Enfin, il se manifesta aux Onze eux-mêmes pendant qu'ils étaient à table : il leur reprocha leur incrédulité et leur endurcissement parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui l'avaient vu ressuscité. Puis il leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. Mc 16,9-15
Pensées
Le mandat de l’évangélisation n’existe pas dans l’Ancien Testament. Le juif pieux était appelé à garder et à faire grandir sa foi, non pas à la témoigner. Avec Jésus Christ commence le nouveau Testament, et avec celui-ci se dessine le message de l’évangile dont la transmission est confiée à l’Église. Annoncer l’évangile veut dire transmettre la « bonne nouvelle » que Jésus Christ a délivré l’homme de ses propres limites et de l’esclavage du péché, et en tant que « libérateur » il devient le « sauveur ». Puisque la libération et le salut se sont réalisés à travers sa mort sur la croix et sa résurrection, Jésus est aussi le « rédempteur », c'est-à-dire celui qui sauve en payant de sa personne. Croire à cette vérité et l’annoncer veut dire évangéliser. Dans le passage d’aujourd’hui Jésus confie à la première Église qui, à ce moment-là, n’était constituée que par les apôtres, le mandat d’annoncer l’évangile à toute créature. L’Église a été fondée pour évangéliser : si elle n’évangélise pas elle n’est pas Église. Aujourd’hui cet élan missionnaire s’est quelque peu affaibli au profit d’activités apparentées qui d’après nous ne sont justes que si elles servent à l’annonce de l’évangile. La première est l’activisme social en faveur des démunis, une très bonne chose en soi et même nécessaire, mais elle ne peut pas remplacer, comme pourtant il arrive souvent, le témoignage et l’annonce de l’évangile, car Jésus n’a pas été un assistant social mais le premier à évangéliser. Puis il y a le respect pour les autres religions, une autre très bonne chose en soi mais qui ne doit pas arriver à empêcher l’évangélisation. Jésus n’a pas demandé ceci. Jésus a confié l’évangélisation à toute l’Église, formée par les prêtres, les consacrés, les laïques et les familles chrétiennes. Chacun est appelé à être missionnaire selon ses propres spécificités : la tâche principale qui revient aux prêtres est de veiller à l’orthodoxie du témoignage, aux familles c’est de témoigner l’union au nom de Jésus Christ et tous ensemble nous devons être les témoins de la résurrection. Dans un passé qui n’est pas si éloigné être missionnaire voulait dire dans l’imaginaire collectif, aller annoncer l’évangile dans d’autres pays et dans d’autres continents. Aujourd’hui, avec la mondialisation, il est possible d’évangéliser tout en restant chez soi. Il suffit de considérer ce mot « aller » non pas comme une activité qu’il faut ajouter à la liste déjà longue des nombreuses activités à mener dans notre vie de tous les jours, mais plutôt comme « évangéliser en allant. » Et la façon d’aller aussi n’est pas forcément comme celle de saint Paul, qui pour évangéliser a parcouru plus de neuf mille kilomètres à pied et le même nombre en mer. Aujourd’hui on peut aller de plusieurs façon, même sur internet.


 

Anna Maria Rossi e Pierluigi Castaldi
via Gaudenzio Ferrari, 29 - 21047 Saronno (VA) ITALY