italiano english française español español

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
accueil
à propos de nous
ce que nous offrons
pourquoi nous prions
Évangile et vie

 






L’Évangile au petit déjeuner
Pensées matinales des membres de la famille Castaldi (Saronno, Italie), réunis pour prier et grandir ensemble.
Réflexions offertes à tous visant à encourager la prière dans les familles chrétiennes du monde. 
La version française a été éditée par Francesca Adragna-Castelli et elle a été coordonnée par Gabriele Bottai

059 - Les premiers disciples

05-Jan-2018 
Parole de Dieu
Le lendemain, Jésus .... rencontre Philippe, et lui dit : « Suis-moi. » ….Philippe rencontre Nathanaël et lui dit : « Celui dont parlent la loi de Moïse et les Prophètes, nous l'avons trouvé : c'est Jésus fils de Joseph, de Nazareth. » Nathanaël répliqua : « De Nazareth ! Peut-il sortir de là quelque chose de bon ? » Philippe répond : « Viens, et tu verras. » Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare : « Voici un véritable fils d'Israël, un homme qui ne sait pas mentir. » Nathanaël lui demande : « Comment me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe te parle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu. » Nathanaël lui dit : « Rabbi, c'est toi le Fils de Dieu! …» Jn 1,43-51
Pensées
Tous les prophètes de l’Ancien Testament provenaient de la Judée et, d’après les prophéties, le Messie aussi aurait dû naître dans cette région ; c’est pourquoi Jésus dit à la Samaritaine : «Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous adorons, nous, celui que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. » (Jn 4,22) En effet, Jésus était né à Bethléem, même si très tôt il avait été emmené par Marie et Joseph à Nazareth, en Galilée, où ils habitaient. Nathanaël, qui deviendra successivement l’apôtre Bartholomé, ne connaissait pas ces antécédents ; voilà pourquoi, quand Philippe lui annonce qu’il a trouvé le Messie, « Jésus fils de Joseph, de Nazareth », lui qui a un esprit simple et immédiat, répond : « De Nazareth ! Peut-il sortir de là quelque chose de bon ? » Bartholomé, que Jésus avait vu sous le figuier alors qu’il se reposait tranquillement, aimait dire avec franchise ce qu’il pensait. Jésus dit de lui : « Voici un véritable fils d'Israël, un homme qui ne sait pas mentir. » Philippe aussi était un type pareil, et cette affinité en avait fait des amis.
Lorsque, plus tard, Jésus commencera à parler aux apôtres du Père, Philippe lui répondra avec la même franchise : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. » (Jn 14,8) Avec quels sentiments Bartholomé et Philippe vivaient-ils donc leur appartenance au même groupe d’homme duquel faisaient partie des gens « expérimentés », tels Judas et Matthieu, ou concrets comme Thomas, ou encore idéalistes comme Simon, le zélote révolutionnaire qui se battait contre Rome ? Du reste, nous pouvons imaginer que Simon, lui aussi, ne voyait pas Matthieu d’un bon oeil puisqu’il était percepteur des impôts pour le compte des romains. Et Pierre, Jacques et Jean qui avaient été obligés à verser des impôts sur la pêche, ne devaient point apprécier la compagnie de Matthieu. Malgré cela, ce seront justement ces hommes là, malgré leur grande diversité et le fait qu’ils n’étaient même pas des amis, que Jésus choisira comme apôtres. Exception faite pour Judas, ils iront annoncer l’évangile dans le monde entier et ils mourront martyres. Si nous pensons que ces hommes là, avec Paul et quelques autres, ont constitué l’Église primitive, nous pouvons facilement nous rendre compte quel est le pouvoir de transformation qui appartient au Saint Esprit. Et encore de nos jours ceci est vrai !


 

Anna Maria Rossi e Pierluigi Castaldi
via Gaudenzio Ferrari, 29 - 21047 Saronno (VA) ITALY